La plateforme bois énergie

Acteur de l’activité bois dans le secteur du Livradois-Forez, nous recyclons tous types de bois (bois de Classe B, Classe A, palettes), en provenance des particuliers via les déchetteries, mais également des entreprises et artisans.

Nous collectons aussi les rebus et chutes de scieries (plaquettes forestières et papetières, écorces) et effectuons des prestations de transport, stockage, criblage, broyage pour celles-ci.

Ceci nous permet d’être autonomes avec les matières que nous préparons directement sur site, mais aussi de travailler avec des industriels locaux, pour parvenir à respecter les cahiers des charges de chaque type de chaudière.

Nous disposons actuellement de quatre zones couvertes pour le stockage des combustibles, avec les agrandissements qui ont eu lieu en septembre 2013. Ceci nous permet d’avoir de la matière sèche toute l’année, et ainsi de respecter au mieux les exigences en matière d’humidité des cahiers des charges de chaufferies.

Le fait d’agrandir est également pour nous une opportunité pour développer l’activité bois-énergie, domaine capital de notre région, avec une forte demande. Nous possédons en tout 3000 m2 de zones couvertes pour le bois.

Pour en savoir plus sur cette activité, n’hésitez-pas à nous contacter !

Contactez-nous

Fournitures

Palettes broyées

A l’aide d’un broyeur CRAMBO 5000, nous broyons les palettes. Cet outil est équipé d’un séparateur magnétique OVERBAND, pour aimanter les pointes ou les accroches en ferraille de celles-ci.
Cela nous permet de limiter au maximum la présence de corps étranger dans la matière à livrer.

Écorces de scierie

Nous collectons des écorces dans les scieries, généralement avec nos propres bennes, que nous mettons à disposition.

Une fois sur notre site, les écorces sont stockées pendant plusieurs mois afin qu’elles sèchent (à leur arrivée sur notre site, le taux d’humidité est proche de 55 %).



Chutes courtes et fagots broyés

Plaquettes

Nous collectons des plaquettes forestières et des plaquettes papetières avec les mêmes moyens que les écorces, toujours dans les scieries. Nous vérifions la qualité de celles-ci à l’arrivée sur le site (granulométrie, taux d’humidité…).

Le rendement calorifique des plaquettes dépend de leur taux d’humidité.

Nous les stockons donc exclusivement dans une zone couverte (tunnels) afin de les rendre les plus sèches possibles, à moins de 25 % d’humidité. La granulométrie moyenne est de 30 mm (150/80/30), et convient à tout type de chaudière automatique à bois déchiqueté.



Bois de Classe A/B

A raison d’une fois par trimestre, nous organisons des campagnes de broyage avec un broyeur lent, spécifique aux déchets de Classe B (bois peint, vernis, contreplaqué…). Ce type de bois est le plus présent dans les bennes de déchetteries.

En tant que combustible, il ne peut pas être utilisé dans nos chaudières locales, car elles n’ont pas les dispositions nécessaires pour recevoir ce type de marchandise. Nous avons donc un autre exutoire, qui permet de valoriser ce bois et d’éviter l’enfouissement ou l’incinération.

Il s’agit d’une usine qui possède une chaudière industrielle efficace, mise en route en 1998 (Injection d’ammoniaque pour réduire les rejets en oxyde d’azote, filtre à manche pour filtrer et dépoussiérer les fumées, et laveur de fumées pour éliminer les gaz acides).

Les rejets gazeux de cette chaudière sont tout à fait conformes aux normes fixées par l’Administration, et même largement en-dessous pour ce qui concerne par exemple les métaux lourds et les dioxines.


Stockage et préparation

Un espace de stockage biomasse a été créé sur notre site dès le commencement de l’activité bois. Nous avons d’abord réalisé un enrobé sur une surface de 5000 m2, afin d’avoir une zone propre (pas de pierres, cailloux ou autres éléments non désirables pour les chaufferies).


Répartition des zones de stockage

Nous avons fait plusieurs espaces, séparés par des merlons coupe-feu de 3 m de haut, autant par mesure de sécurité que par fonctionnalité.

En effet, cela nous permet de différencier les matières, et de faciliter le chargement de la biomasse : les chauffeurs savent dans quel tunnel prendre les matières, en fonction des chaufferies à livrer.

Nous avons un espace de stockage pour le bois de classe B, généralement en provenance des déchetteries et à destination de chaudières spécifiques avec filtres à particules, rebrûleurs de fumées, etc…

Ensuite, en zone couverte, nous avons des plaquettes forestières et des plaquettes papetières. Il y a deux tunnels, séparés également par des murs coupe-feu, pour permettre de séparer les matières.

Le fait de couvrir les combustibles permet un séchage plus rapide, en trois à six mois, quelles que soient les conditions météorologiques.Nous avons, en août-septembre 2013, investi dans l’agrandissement de notre partie bois-énergie, avec une dalle béton et le montage de deux tunnels supplémentaires, afin d’améliorer les conditions de stockage et donc la qualité de la marchandise.



Préparation des fournitures

Collectivités

Les collectivités transportent les bennes bois jusqu’à notre centre de tri et de traitement. Une fois pesés en entrée, les camions vont déverser le bois dans une zone spécifique au tri. Les camions effectuent ensuite une pesée à vide.

Plusieurs opérateurs vont ensuite trier le contenu de la benne, séparer le bois de classe A (palettes, cagettes) et le bois de classe B (peint, vernis, adjuvanté).

Ce bois va être broyé, avant d’être livré dans les chaufferies en tant que combustible. Le transport s’effectue en semi fond-mouvant, pour diminuer le nombre de voyages (plus grande capacité que des bennes) et également verser le contenu plus facilement.



Industriels du bois (scieries)

Le chauffeur déverse les matières dans les tunnels ou sur la plateforme selon le type de bois, avec un camion ampliroll.

Généralement, pour les chaufferies, nous utilisons des bennes 30 m3 à 35 m3. Un de nos employés est affecté à cette plateforme, afin qu’elle soit toujours ordonnée. Il s’occupe de retourner et de gerber les amas de bois à l’aide d’une chargeuse CASE 821 C, avec godet haut déversant 5 m3, année 2008, achetée pour ce type de marché. C’est aussi avec elle qu’il effectue les chargements.

Chaque chaudière industrielle nécessite des fournitures ayant des spécificités techniques différentes (taux d’humidité, taux de sciures…).

Afin de respecter au mieux chaque marché, nous mélangeons des qualités différentes de bois (écorces, plaquettes) pour obtenir les objectifs techniques demandés. Il nous arrive, sur demande, de livrer seulement une qualité.



Absence de corps étrangers

Quel que soit le type de bois utilisé, nous nous efforçons de réduire au maximum la présence de corps étrangers.

Pour les palettes, qui contiennent à l’origine des pointes métalliques, nous utilisons un broyeur CRAMBO 5000 année 2008. Celui-ci est doté d’un séparateur magnétique OVERBAND, qui enlève les corps ferreux.

De plus nous utilisons un TROMMEL 3 fractions pour trier au mieux les matières destinées aux chaufferies.

Pour les plaquettes et écorces, les mesures prises en compte pour éliminer la présence de corps étrangers sont les suivantes :

  • Séparation de la plateforme bois des autres zones de stockage (distance minimum de plus de 50 m) afin qu’aucune autre matière ne soit déversée accidentellement vers le bois.
  • Déchargement dans des tunnels pour protéger et séparer les différents combustibles.
  • Lorsque l’opérateur pousse les marchandises avec la chargeuse, il vérifie l’absence de tout corps indésirable (morceaux hors dimensions, présence de ferraille ou de plastique…).
  • A chaque chargement, il examine également le contenu de ses godets pour un deuxième contrôle.